Partagez | .
 

 Il était une fois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lycéenne Classe 6-A
Messages : 338
Points de réputation : 11 / 200


Passeport
Métier/Activité:
Habitation: Chambre 2-1
Clubs:
avatar
Siya McCandy

MessageSujet: Il était une fois   Lun 12 Juin - 2:24

Bonsoiiir/Bonjouuuuur

Alors je vient poster ici une petite nouvelle que j'ai écrite, qui est plutôt un conte en fait (parce que il commence par il était une fois, qu'on sait pas où ni quand qu'on est).
Il est déjà entièrement écrit en soi, mais je me dis que le mettre bout par bout c'est plus sympa que d'avoir un gros pavé à lire d'un coup (parce que il fait un peut 8 page word en time new roman taille 12).
Pour la petite histoire, je l'avais commencé quand j'étais au lycée et j'ai décidé, 3 ans après, de le reprendre.

Du coup si vous voulez vous improviser critique littéraire et recenser absolument touuuuuuuuut les détails qui vont pas etc, vous serez les bienvenue ♥ Parce que c'est un texte un peu important pour moi, alors vala, j'ai envie qu'il soit le plus parfait possible. Je sais que ça peut froisser certains auteurs, mais perso ça me frustre un peu de juste avoir un "wa, j'ai aimé, à plus" *sort* Je vous laisse donc avec le début et des bisous sur vous :3



Il était une fois... Je crois que c'est comme ça que commencent les contes de fées qui finissent par et ils vécurent heureux pour toujours. Le seul qui échappe à la règle, c'est la Petite Sirène, mais je ne sais plus s'il commence par la bonne formule...
Souvent on dit qu'il existe une exception qui confirme la règle. Je vous donnerais bien un exemple, mais je n'en ai pas en tête dans l'immédiat. Alors on va faire comme si on y croyait.
Vous ne voyez pas le rapport entre une exception et les contes de fées ? J'y viens. C'est assez simple en fait. Je vais vous raconter une petite histoire. Et c'est le moment où la lumière baisse, plongeant la pièce dans l'obscurité, et le rideau de velours rouge s'ouvre sur une toile blanche bien vite éclairée par la lumière d'un vidéo projecteur. Vous êtes bien installés dans votre fauteuil recouvert de velours, rouge également, un paquet de pop-corn dans les mains, et la lumière sur la toile commence à s'animer.
Attention, ça commence.
Il était une fois un beau pays. Les collines verdoyantes et les montagnes enneigées encadraient une ville aux remparts scintillants sous le soleil d'un bel après-midi, Seules dépassaient de ces murailles les tours d'un château que l'on imaginait magnifique. Le ciel était bleu, les oiseaux chantaient, et les petites abeilles butinaient joyeusement des fleurs colorées.
Laissons le bouton avance rapide de la télécommande appuyé, pour arriver directement au passage qui nous intéresse.
Les remparts scintillants et les tours du beau château sont à présent un peu plus ternes et tombent en ruine sous le poids des années. Quelques voitures tirées par des chevaux passent entre les maisons à présent à l'extérieur des anciens murs de la ville, qui s'est bien agrandie depuis. Quelques passants osent braver la pluie battante et courent en direction d'un abri, cachés sous leurs parapluies noirs. Derrière sa fenêtre, une jeune fille observe ce manège à travers l'eau ruisselante sur les carreaux.
De longs cheveux roux encadrant un visage au teint de porcelaine d'où ressort un regard vert, fixant inlassablement les mêmes pavés.
Il était une fois une princesse coincée dans sa tour et qui regardait le monde tourner sans elle, espérant sans cesse que son prince charmant arriverait un jour.


La pluie résonnait sur les pavés déserts. Dans ses livres de contes, la petite princesse avait lu qu'un jour, jalouse de la beauté et la prospérité du royaume, une vielle reine initiée à la sorcellerie avait lancé une malédiction sur ces terres. Maintenant, il pleuvait neuf mois par an et il neigeait le reste du temps.
Cette histoire avait été oublié avec la royauté partie en fumée, mais les livres ne mentent jamais, n'est-ce pas ? Et cette petite princesse était la descendante direct des anciens rois. Jamais elle n'avait côtoyé d'autres enfants. Ses parents, bien trop occupés à lui faire tenir le rang que l'Histoire lui avait fait perdre, avaient oublié de l'aimer. Vêtue de robes de soie, parée des plus beaux bijoux et coiffée de rubans aux couleurs éclatantes, elle était belle notre princesse. Pourtant ses sourires étaient ternes et sans éclats. Crispés et forcés. Elle avait piètre allure au milieu de tout ces gens de "la haute société".
Dans son esprit nourrit avec mille et une histoires de chevaliers combattants des dragons pour sauver leur belle, de fées aux parfums enjôleurs et de princes aux visages d'ange frappés par des malédictions avant d'être sauvé par une jeune fille aussi belle que l'aube, elle s'était mise à croire qu'elle aussi, un jour elle serait délivrée de cette prison dorée pour sentir l'herbe douce sous ses pieds dénudés et le soleil chauffer sa peau de ses rayons protecteurs. Dans ses rêves d'aventures, elle s'imaginait chevauchant à travers plaines et forêts ou encore volant sur le dos d'un grand dragon blanc. Se sont sûrement ses rêves qui l'ont maintenu en vie si longtemps. Alors en regardant par sa fenêtre elle pense à s'évader. Comme la pluie s'échappe des nuage elle imagine pouvoir tomber dans cette rue, vers la liberté, sa liberté. Et c'est dans ses pensées là qu'apparaît sur son visage son seul véritable sourire. Un sourire qui n'appartient qu'à elle.
Sans doute aurait-elle pu s'enfuir, s'échapper aurait su s'avérer si simple à elle qui observait le manège des domestiques depuis des années. Seulement, la princesse était effrayée par cet extérieur, cette liberté pourtant si tentante. Comment vivre de l'autre côté de sa fenêtre ? Existait-il un endroit où la pluie n'était pas synonyme de froideur ? Elle avait lu dans un des ses livres que le courage naissait de la peur. Mais un chevalier à l'armure argentée faisant face au terrifiant dragon noir n'avait pas d'autres choix que d'être courageux. Alors comme chaque jour elle se contenta de regarder sa fenêtre, attendant toujours un prince, son prince. Alors comme tous les matins, elle s'habilla docilement, prête à subir à nouveau cet autre monde.
Pourtant, parfois il arrive que les rêves se réalisent. Et quand la jeune fille arriva au pied du grand escalier de marbre blanc, des boucles rousses et soyeuses retombant sur ses épaules dénudées et portant une robe d'un vert très doux, aussi protégé que fut son cœur caché derrière ses écrins de lins ; il s'arrêta.


P.S : buuuuuh, le forum il dit nop à mes alinéa ;w;

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collégienne Classe 3-B
Messages : 276
Points de réputation : 59 / 100


Passeport
Métier/Activité: Chant -dans sa chambre-
Habitation: Chambre 1-1
Clubs: Natation/ Astronomie
avatar
Caelyss Wanderlust

MessageSujet: Re: Il était une fois   Mar 13 Juin - 22:30

Wa j'ai aimé à plus!

*revient* ahah nan plus sérieusement je trouve ce debut assez captivant!:) j'aime bien ce style d'écriture malgré le fait que le narrateur me fait perdre le fil de temps en temps -bon apres mon cerveau n'est pas fait pour suivre longtemps non plus mais chut- parce que je suis tellement parfois dans le même délire que le narrateur que j'en oublie l'histoire principale!xD Apres je ne sais pas si c'était ton but Ou quoi mais inclure un narrateur comme ça permet de casser les codes du conte finalement et d'ajouter une pointe de comique!x)
Bon apres je ne suis pas une experte alors j'essaye de faire quelque chose de constructif mais c'est pas gagné!xD
J'ai put relevé aussi quelques fautes (accord pluriel) mais globalement c'est un très jolie conte!

J'ai hâte de lire la suite!:3

_________________


Cap:
 
Lys te taquine en #cc0066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lycéenne Classe 6-A
Messages : 338
Points de réputation : 11 / 200


Passeport
Métier/Activité:
Habitation: Chambre 2-1
Clubs:
avatar
Siya McCandy

MessageSujet: Re: Il était une fois   Mer 14 Juin - 0:10

xDD je m'attendais à ce que quelqu'un la fasse celle là :')

En fait je me suis placé dans le rôle de la conteuse qui raconte l'histoire et qui parfois ramène un peu sa fraise. Mais le but du conte étant de base de casser un peu le modèle type des autres conte, c'est plutôt une bonne chose que ça donne cet effet :3
Mais merci :D Je suis contente que ce début plaise. Tous tes ressentis en tant que lectrice sont les bienvenues :3 j'aime beaucoup savoir que tel passage à fait tel effet, etc. Ca permet de savoir si j'arrive à amener le lecteur où j'ai envie qu'il aille (ce qui est cool quand on écrit, c'est qu'on manipule celui qui lit avec son consentement, muahahah/PAF/)
Les fautes elles sont sournoises, on a beau se relire 10 fois elles arrivent toujours à passer entre les mailles de nos pupilles attentives

Du coup voici un bout de suite :3 Je me rend compte que la manière dont j'ai fais mes parties sont déjà un prédécoupage pour donner l'histoire morceau par morceau, je me félicite de me faciliter la tâche /PAF/

Comme dans les livres. Un visage d'ange et des yeux bleus aussi profonds que l'océan. Elle s'y serait certainement noyée si la voix de son père ne l'avait pas ramené sur le rivage.
Son futur époux.
Plus question de se noyer, elle manqua de s'étouffer.
Se marier... Était-il fou ? Sûrement. Elle toussota un peu avant de regarder l'homme impassible qu'elle appelait père depuis tant d'années. Elle aurait dû être heureuse me diriez-vous. Mais où était le conte de fée lorsque de toutes façons, on ne vous laissait pas d'autres choix que d'épouser le prince charmant ? À moins que ce garçon ne soit victime d'une malédiction. Peu probable en effet. Mais il lui sourit. Un sourire à faire tomber tous les autres anges raide dingue de jalousie. Et ses mauvaises pensées s'évanouirent comme si elles n'avaient jamais existé.
Elle jeta un regard au froid visage son père, y cherchant un secours. Sa barbe aussi grisonnante que ses cheveux, ses yeux bleus glacés. Il aurait pu avoir l'allure d'un vrai roi, mais aucune aide ne viendrait de sa part. Alors que la jeune fille commençait à suffoquer. Il y a certains moments où on aimerait être une souris. Pouvoir se glisser dans un trou et disparaître alors que tout le monde attend une réaction de notre part. Mais notre princesse n'était pas une souris et il n'y avait aucun trou dans lequel se glisser à proximité. Alors elle ne pu qu'ouvrir la bouche dans un son muet puis hocher la tête.
Et elle plongea à nouveau dans les yeux du garçon. Était-ce cela un coup de foudre ? Avoir des papillons dans le ventre et le cœur qui bat tellement fort qu'il semble vouloir s'échapper de notre poitrine afin de rejoindre cet autre cœur, afin de pouvoir battre au même rythme que lui ? Tellement fort qu'il résonne à nos oreilles et devient le seul bruit que l'on est capable d'entendre ?
La suite de la journée fut assez confuse dans la tête de la petite princesse. Les adultes parlèrent et elle ne fit même pas attention à ce qu'ils disaient, se contentant d'acquiescer avec un sourire poli quand ils s'adressaient à elle. Elle ne détacha pas le regard du garçon dont elle ignorait encore le nom. Tout ce qu'elle retint, ce fut qu'elle devait faire ses bagages. Elle allait chez Lui. Loin de sa fenêtre et des rues grises sur lesquelles il pleuvait sans cesse.
Lorsqu'elle fut seule dans sa chambre son cœur battait toujours autant. Tout cela semblait irréel. Partir loin d'ici, dans des contrées ensoleillée avec le prince charmant qu'elle attendait et l'accord de ses parents.
Elle se dirigea vers ses livres aux couvertures d'or et d'argent. Elle ne pourrait pas tous les prendre. Alors elle laissa ses fines mains parcourir les précieux ouvrages et ferma les yeux. Au hasard, elle en prit quelques uns. Elle les posa délicatement dans la valise qu'un domestiques avait déposé sur son lit, avant de choisir quelques robes. Et le cœur battant, elle descendit dans le hall. Son regard parcouru les murs en briques décorés de tapisseries pendant qu'elle avançait en direction de la grande porte.
Une pluie fine tomba sur son visage lorsqu'elle l'eut franchit. Devant elle apparut une voiture noire tirée par deux magnifiques chevaux tout aussi sombre. Elle monta à l'intérieur lorsque le cocher lui ouvrit la portière et elle se retrouva nez à nez avec le garçon à qui elle offrit un sourire timide. Il y répondit par le sourire le plus éblouissant qu'elle n'ait jamais vu. Du mieux qu'elle pu, la jeune fille se concentra sur le paysage qui défilait derrière la fenêtre de la voiture en évitant de Le regarder. Pourtant quand elle sentait son regard se poser sur elle, son corps entier ne devenait plus que braise. Malgré ça, lorsque les nuages de pluie laissèrent place à un éclatant soleil, elle oublia complètement le garçon en face d'elle et failli sauter de la voiture. Elle en avait tant rêver de ce soleil ! Mais des mains l'attrapèrent et elle se souvint de l'endroit où elle était.
- Ce mariage vous déplaît tant ? demanda une voix, légèrement teintée de tristesse, à son oreille.
Notre jolie princesse se trouvait dans les bras de son beau prince. Et évidemment, ses joues devinrent brûlante. Elle aurait sûrement voulu avoir notre télécommande pour sauter ce moment embrassant ou alors le mettre sur pause. Voir les deux.
Elle pouvait sentir son souffle qui la faisait frémir à chaque expiration du jeune homme, et les bras autours de sa taille étaient pareil à des flammes. Elle s'embrasait. Balbutiant quelques mots maladroits, elle se libéra doucement et s'assit sans quitter le plancher de la voiture du regard. Les battements de son cœur résonnaient dans tout son être.
Le prince s'assit à côté d'elle et prit sa main.
-  Est-ce que tout va bien ?
Sa voix. Elle la fit vibrer jusqu'au plus profond de son âme. Elle hésita entre reprendre sa main et la laisser là. Finalement elle opta pour hocher positivement. Le reste du trajet se déroula dans le silence le plus complet, sans que le jeune homme ne lâcha sa main. Elle avait senti son regard bleu posé sur elle tout ce temps, et il lui tardait d'enfin pouvoir disparaître et respirer. Et surtout, de calmer son cœur.
Quand enfin la voiture ralentit et que la portière s'ouvrit, elle fut la première à sortir et écarquilla les yeux devant le spectacle qui s'offrait à elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collégienne Classe 3-B
Messages : 276
Points de réputation : 59 / 100


Passeport
Métier/Activité: Chant -dans sa chambre-
Habitation: Chambre 1-1
Clubs: Natation/ Astronomie
avatar
Caelyss Wanderlust

MessageSujet: Re: Il était une fois   Lun 19 Juin - 18:20

Ayaaa c'est vraiment pas sympa de nous manipuler!!!!D8 mystical

Pour ce nouveau extrait je dois dire que j'trouve rien à redire!xD Cette fois-ci le narrateur a mis du sien sans pour autant nous perdre, on reste pendant tout le long plongé dans l'histoire!x) J'aime vraiment le fait que l'on reste plutôt dans le point de vue de la princesse, son caractère innocent et timide m'a permis de m'attacher à elle facilement!xD Après je sais que l'effet principal du conte est souvent la princesse qui rencontre le prince, pis les enfants et le tralala. Mais je sais pas trop j'attends avec impatience une petit surprise qui va nous faire un peu sortir de ce schéma!XD

Donc vivement la suite!

_________________


Cap:
 
Lys te taquine en #cc0066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lycéenne Classe 6-A
Messages : 338
Points de réputation : 11 / 200


Passeport
Métier/Activité:
Habitation: Chambre 2-1
Clubs:
avatar
Siya McCandy

MessageSujet: Re: Il était une fois   Lun 19 Juin - 21:27

Mais c'est le pacte signé avec l'auteur quand tu ouvres un bouquin D: c'est comme ça que tu peux en venir à pleurer en lisant un livre que t'aime pas

On reste du point de vue de la princesse tout le long de l'histoire :3 d'ailleurs je suis en train de me demander si je devrais pas écrire une autre version du point de vue du prince après. Pour ce qui est de sortir de ce schémas, tu vas pas être déçu par la fin je pense xD j'avais pas envie d'avoir une donzelle qui vit que pour son mec


Ils s'étaient arrêtés dans la cours d'un manoir. Des domestiques passèrent à côté d'elle, s'empressant de décharger les bagages. Un homme aux cheveux grisonnant poussait une brouette pleine de paille et se dirigeait vers ce qu'elle jugea être une écurie. En se retournant, elle pu voir les grilles se refermer sur de la verdure.
La campagne.
Elle était à la campagne. Cette idée la rendit soudain euphorique, elle qui n'avait toujours vu que des pavés gris trempés par la pluie ! Et ce soleil. Elle leva les yeux au ciel afin de mieux le voir et fut éblouie. Un bras se glissa alors sous le sien. Le prince. Son cœur se remit à battre et elle avança en tachant de cacher sa gêne du mieux qu'elle pu. Le sol absorbait ses pas, et, malgré les hommes et femmes qui s'affairaient autour d'eux, le silence régnait. Pas un silence totalement silencieux, non. Juste quelque chose de calme, paisible.
Elle se mit à rêver de la suite des événements. Une promenade au clair de lune, une folle chevauchée au milieu d'une plaine ensoleillée. Elle n'était jamais montée à cheval, mais elle pouvait apprendre. Elle apprenait vite sans qu'il faille le lui expliquer longtemps.
Lorsque la porte d'entrée s'ouvrit, la princesse découvrit un hall au parquet ciré et un escalier s'étirant vers les deux branches de la maison. Son futur époux prit poliment congé tandis qu'un major d'homme la conduisit jusqu'à une chambre où l'attendaient déjà ses affaires. Sa chambre. Elle ne pu s'empêcher de tourner sur elle même une fois la porte close. Alors que son corps se laissait tomber sur le lit, un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle ferma les yeux afin de mieux savourer l'instant. Non. Elle était loin de son petit confort habituel, aucune dame de compagnie ne viendrait toquer à sa porte toutes les cinq minutes, aucune armada de domestique pour tenter de lui faire porter une robe bien trop encombrante à son goût. Même plongée dans ses livres elle ne s'était jamais sentie aussi libre. Elle aurait pu se mettre immédiatement à courir et ne plus s'arrêter tant son petit cœur était emplie de joie. Puis elle repensa au garçon, son sourire s'étendit d'avantage. Il avait bien quelques années de plus qu'elle, c'était un fait. L'amour n'a pas d'âge disait-on.
La princesse employa le temps qui lui restait avant le souper à défaire ses bagages, et c'est assise sur son lit, détaillant les moindres détails de la pièce, que le personnel la trouva lorsqu'il fut temps pour elle de descendre. Enfin, de descendre... Si elle avait songé qu'aucune horde de domestique ne viendrait l'obliger à porter d'encombrantes toilettes, il y eu au moins une domestique pour le faire. Si un homme c'était un jour plaint du retard de sa dame, c'est parce qu'il n'avait jamais su combien de jupons et de lacets étaient nécessaires afin d'avoir l'allure d'une reine. Une demi heure plus tard, les portes de la salle à manger s'ouvraient sur une ravissante jeune fille vêtue de pourpre qui vint s’asseoir gracieusement en face de son futur époux.
Le silence n'était rompu que par le ballet des domestiques s'affairant en cuisine. La salle était immense, lors des réceptions du princes, s'il en donnait, elle devait pouvoir accueillir bon nombre de convives, au moins autant que dans le palais de notre princesse. Ainsi la distance entre eux lui semblait-elle infinie. Si elle avait osé engager la conversation, nul doute qu'il lui aurait fallu hausser le ton pour espérer ne serait-ce que se faire remarquer. Les plats s’enchaînèrent dans un tintement de couverts, elle n'avait jamais eu l'occasion de goûter un potage si délicieux et bien qu'elle eut envie de faire la mou devant son brochet, elle qui aimait si peu le poisson, elle le mangeant sans rien en laisser paraître. Il fut, de toute manière, bien vite effacé par les macarons et la marmelade d'agrume auxquels elle eu droit en dessert, de quoi ravir ses papilles si friandes de sucreries. Ce n'est pas sans satisfaction qu'elle pensa que son père serait furieux de savoir qu'il existait meilleur cuisinier que les siens.
Le repas s'acheva sans qu'elle n'ait à retirer son masque de bienséance, celui qu'elle utilisait chaque fois qu'elle devait paraître en société, prête à sourire et à hocher la tête dès lors qu'une phrase lui était adressée. Elle n'eut pas à en arriver là. Sans qu'un seul mot soit prononcé elle regagna sa chambre, une sensation étrange au creux de l'estomac. Là, la femme bedonnante qui lui avait été assigné comme bonne l'aida à se déshabiller avant de préparer son lit pour la nuit.
Sa journée prit ainsi fin, sans même qu'elle ait pu ouvrir un seul de ses précieux livres, sans plus aucun mot de la part de son précieux prince. La princesse sombra dans les bras de Morphée, songeant que demain ne pourrait être que meilleur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collégienne Classe 3-B
Messages : 276
Points de réputation : 59 / 100


Passeport
Métier/Activité: Chant -dans sa chambre-
Habitation: Chambre 1-1
Clubs: Natation/ Astronomie
avatar
Caelyss Wanderlust

MessageSujet: Re: Il était une fois   Lun 19 Juin - 21:43

Ah ah pas faux!xD Je confirme...

Un second point de vue permettrait au lecteur je pense, d'avoir une vision plus globale de l'histoire et non pas seulement une vision aux travers des yeux de la princesse après c'est ton histoire donc tu fais comme tu veux!:D

Ah merci j'attends la chute avec impatience!xDD Pour cette suite j'ai encore moins de chose à dire si ce n'est que je trouve que chaque extrait est meilleur à mon goût!x) Je rentre de plus en plus dans l'histoire et à la fin j'me dis: "Ehh la suite!!D8" x) Au final il y a plus eut de détails qu'une réelle avancée dans l'histoire mais je trouve ça sympa dans le sens où le contexte est bien posé, ainsi personnellement j'attends l'élément perturbateur de l'histoire qui va bouleverser notre héroïne!ewe xD

D'ailleurs je trouve qu'il me manque un quelque chose me permettant d'être plus identifié dans les persos: le prénom. Je sais pas ça me stresse un peu d'avoir toujours "la princesse" au final j'ai l'impression que c'est vraiment la princesse "banale" qui a perdu son identité dans le conte!x) je sais pas si c'est compréhensible ce que je viens de dire mais bon

Hâte que tu postes la suite!

_________________


Cap:
 
Lys te taquine en #cc0066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lycéenne Classe 6-A
Messages : 338
Points de réputation : 11 / 200


Passeport
Métier/Activité:
Habitation: Chambre 2-1
Clubs:
avatar
Siya McCandy

MessageSujet: Re: Il était une fois   Lun 19 Juin - 22:23

Je me dis aussi que ça me permettrai de montrer le personnage du prince qui est développé dans ma tête mais qu'on ne connait absolument pas dans l'histoire x3

Haaaanw, ça me fait vraiment plaisir de lire ça *3* Après ce morceau là (qui va suivre) il en reste deux (mais à la limite je peux te mettre tout d'un coup si tu préfères :o) :3 mais déjà j'ai laissé des petits indices ci et là O:) du moins j'ai essayé, mais j'ose espérer qu'ils ne peuvent être détecté qu'après la chute x3 mais parfois mon cerveau fait des trucs bizarres alors je sais même pas si ils sont réussi /PAF/

*clap clap clap* tu viens de découvrir le mystère de pourquoi cette princesse n'a pas de nom o/ Effectivement, elle a un peu perdu son identité x3 en fait, aucun des personnages n'a de nom, mais c'est elle qui existe le moins car elle n'a pas même une ligne de dialogue (contrairement au prince qui doit en avoir deux-trois). Bon j'avoue le fait qu'aucun perso n'ait de noms c'est un peu cr j'aime pas trouver des noms *sort* mais j'avais vraiment envie qu'elle ne soit personne, en quelque sorte, et de ce fait elle peut être n'importe quelle princesse, n'importe quelle jeune fille ou jeune femme.



Le chant d'un coq la tira de son sommeil. Jamais elle n'aurait pensé pouvoir être éveillée par un tel son, et pourtant. Ajouté à cela, les rayons du soleil matinal perçant à travers sa fenêtre emplissaient déjà son coeur d'une douce euphorie. Le contact du plancher sur ses pieds nus la fit frissonner. Elle n'essaya même pas de trouver ses pantoufles, se dirigeant vers sa fenêtre. L'air frais envahit la pièce, apportant avec lui des senteurs qu'elle ne connaissait pas encore. Un sourire s'étendit sur ses lèvres. Elle voulait courir. Aider ces femmes à récolter les œufs fraîchement pondus, cet homme à tailler les hais, s'essayer à toutes les tâches quand bien même elles ne correspondraient pas à une dame de son rang. Elle n'en fit rien. Docilement elle se vêtit d'une robe que la domestique avait déposé là. Depuis longtemps déjà elle avait apprit à deviner ce qu'on prévoyait pour elle en fonction des robes qu'on lui imposait, et puisqu'elle avait pu s'habiller seule et que le tissu rose pâle lui permettait une grande liberté de mouvement, c'est qu'elle n'aurait pas à rencontrer un quelconque invité de marque. C'est qu'elle pourrait probablement visiter le lieu qu'elle n'avait pu qu'apercevoir la veille. Peut-être même pourrait-elle fouler l'herbe verte de ses pas, avait-elle déjà participé à un pic-nique ? Non, jamais. Cela devait pourtant être si divertissant, elle qui aimait déjà la campagne pour les quelques images qu'elle avait pu en voir et pour toutes les pages qu'elle avait dévoré à son sujet.
C'est avec un ravissant sourire que la princesse descendit les marches qui menait à la salle à manger. Oui, vous avez bien lu, pas un sourire de circonstance, pas un masque sur son doux visage, mais bien un véritable sourire, aussi discret soit-il, qu'elle arborait à la vue de tous. Il se fana quelque peu lorsqu'elle apprit qu'elle prendrait son petit déjeuner seule, mais n'ayez crainte, il repris de sa superbe lorsqu'une délicieuse brioche fondit contre son palais. Elle savait d'ors et déjà qu'elle ne pourrait passer le reste de sa vie sans cette brioche au levé, et l'idée de pouvoir passer cette vie ici l'enchantait tout autant que celle d'avoir droit chaque matin à cette pâtisserie. Elle se perdit à rêver de la journée qui l'attendait.
Plus tard, lorsqu'elle aurait fini de petit-déjeuner, un valet viendrait la chercher. Elle se lèverait aussi gracieusement qu'on le lui avait appris et le bruit de ses pas l'accompagnerait jusqu'au grand hall où son prince l’accueillerait de son si beau sourire, plongeant ses yeux d'océan dans les siens comme pour y lire chaque battement de son cœur. Alors elle glisserait son bras sous le sien et il l’emmènerait à travers les couloirs, lui expliquant de sa voix grave l'utilité de chacune des pièces au sein de la demeure, et pour couronner la visite, il lui murmurait de fermer les yeux, la guidant jusqu'à la pièce qu'il affectionnait plus que les autres. Là elle ouvrirait les paupières sur une salle tapissée de plus d'ouvrages qu'elle n'en avait lu, et sans lâcher sa main ils prendrait place au bureau siégeant au milieu des livres afin de parler littérature jusqu'au déjeuner. Des plats aussi savoureux que la veille s'offrirait à elle, le poisson en moins pour son plus grand plaisir. Et l'après-midi, oh, quel après-midi ! Elle n'avait jamais douté de sa capacité à monter à cheval, et on lui donnerait l'occasion de prouver qu'elle avait eut raison. La campagne serait aussi magnifique qu'elle l'avait imaginé, avec ses bois où les rayons du soleil tissaient comme un filet doré entre les feuillages, et ses prairies verdoyante piquée de fleurs colorées. Son prince à ses côtés, ils chevaucheraient à la rencontre du soleil couchant, dans la promesse d'une vie où ils n'auraient qu'à s'aimer.
Et puis une toux discrète la fit revenir à elle. Le valet qui se tenait près d'elle semblait être là depuis quelques instant déjà, l'invitant à le suivre. Elle ne s'était pas trompée, on lui fit effectivement visiter le manoir, seulement son prince ne fut pas là pour l’accueillir. Elle passa devant les nombreuses portes derrières lesquelles se cachaient des chambres destinés aux hôtes du maître des lieux, découvrit trois salons privés décorés de tapisserie aux couleurs chatoyantes, souvenirs des voyages de son prince. La visite se clôtura effectivement sur la bibliothèque, et si elle n'eut pas à rougir du nombre de livres contenues entre ces murs, l'endroit lui sembla pourtant bien peu lumineux pour un lieux recelant tant de trésors. Était-ce parce qu'un seul sourire lui manquait et alors tout devenait soudain bien moins éclatant ? Elle n'eut pas à être déçu du déjeuner, comme lors du précédant repas elle se régala. L'après-midi lui sembla plus agréable, enfin elle pu quitter les murs de pierres qui l'entouraient sans cesse et eut tout le loisir de flâner au soleil, en compagnie de sa bonne qui mit un point d'honneur à lui faire la liste des employés, contant les anecdote liées à chacun d'eux. En toute honnêteté, notre princesse cessa de suivre lorsqu'elle arriva au jardinier qui avait autrefois fait fleurir cent roses blanches dans l'unique but de les offrir à la femme de chambre dont il était éperdument amoureux, et qui s'étant vu essuyer un refus, avait décidé de bannir les roses blanches de son jardin. Trop perdue qu'elle était à la contemplation du jeu des rayons d'ors entre les brins d'herbe, la princesse ne vit pas le temps passé. Et enfin, l'heure du soupé arriva. Enfin, elle pu revoir son prince qui lui avait tant manqué. Si elle fut troublé de constater que son sourire lui paraissait moins éclatant que la veille et qu'il semblait faire fi de sa présence, elle en oublia bien vite ses doutes lorsqu'il déposa un doux baiser sur sa joue, lui annonçant qu'il n'avait qu'une hâte, officialiser leur fiançailles au bal qu'il donnerait demain soir en son honneur.
C'est la brûlure de ses lèvres toujours présente sur sa peau que notre princesse regagna sa chambre. C'est en oubliant que cette boule de solitude ne s'était pas moins enfuit aujourd'hui que durant les années passées avec ses parents qu'elle rejoignit le monde des songes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collégienne Classe 3-B
Messages : 276
Points de réputation : 59 / 100


Passeport
Métier/Activité: Chant -dans sa chambre-
Habitation: Chambre 1-1
Clubs: Natation/ Astronomie
avatar
Caelyss Wanderlust

MessageSujet: Re: Il était une fois   Lun 19 Juin - 23:25

Wii tu posteras dès que tu auras fait cette nouvelle version de l'histoire!

Oh wi je veux le reste d'un coup comme ça j'aurai pas de suspens pour la chute!B)

Wii je comprends que du coup on peut identifier la princesse à n'importe qui mais c'était ça que je trouvais justement dommage bon après ça c'est mon avis!x)

Bon pour cet extrait j'ai essayé de voir les possibles indices sans grand succès!x) je ne ferai pas détective plus tard moa

J'aime bien cette énergie que donne la Miss, l'histoire devient de plus en plus intrigante surtout lorsqu'on attend la chute!8D La personnalité de la princesse est un peu celle d'une gamine enjouée pour un rien!x) Je la trouve de plus en plus chou d'une certaine manière!xD

Après le fait que le prince ne soit pas là m'a intriguer: où est-il? que fait-il? et y a-t-il une raison pour laquelle la princesse se retrouve seule dans un château?

La suite au prochain épisode/PAF/

_________________


Cap:
 
Lys te taquine en #cc0066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lycéenne Classe 6-A
Messages : 338
Points de réputation : 11 / 200


Passeport
Métier/Activité:
Habitation: Chambre 2-1
Clubs:
avatar
Siya McCandy

MessageSujet: Re: Il était une fois   Lun 19 Juin - 23:40

Ca marche ! je vais réfléchir à comment la tourner

On peut dire que c'est... la Princesse Anonyme ! ouijesors

C'est vrai qu'elle fait une montagne d'un petit rien x) c'est une rêveuse, elle a envie de voir sa vie bouger sauf qu'en fait il s'y passe rien. Alors elle passe son temps à fantasmer sur tout et n'importe quoi. Sinon elle est pas vraiment seule en fait, y'a des employés de maisons un peu partout mais c'est le type d'époque où ils sont un peu comme des meubles (surtout qu'elle a toujours vécu dans un monde où il y en avait partout, alors elle les remarque à peine si ils s'occupent pas directement d'elle)

Du coup voilà la fin 8D

Le jour se leva à nouveau sur les paupières closes de la belle endormie. Son sommeil s'était vu troublé de rêves durant lesquels elle dansait à ce bal prévu ce soir, différents visages défilant sans qu'elle n'y prête attention car aucun n'était celui de son prince. Mais étrangement cela ne la dérangeait nullement, comme si son absence à leurs fiançailles n'avait que peu d'importance. Ce n'était qu'un bal parmi tant d'autres après tout. Autant vous dire que rien que pour cela son réveil ne fut pas aussi merveilleux que la veille. A vrai dire, il lui sembla être comme tous les autres réveils qu'elle avait eu jusque là, au détail près que les draps n'avaient pas la même odeur que ceux de la chambre qu'elle avait occupé des années durant.
Mais utilisons à nouveau le bouton « avance rapide » de notre télécommande. Cette journée là ne fut pas bien plus palpitante que la précédente, si ce n'est l'agitation des domestiques à l'approche du bal. Notre princesse passa la journée dans sa chambre, se perdant dans ses livres et se laissant même surprendre par le serviteur qui lui apporta son déjeuner. Le temps passa sans aucun signe de son prince, sans que quiconque ne se soucie de lui donner une activité quelconque. N'aurait-elle pas été là que la maison aurait probablement tournée de la même façon.
Le jour commençait à décliner quand enfin quelqu'un daigna se rappeler son existence et toqua à la porte. Sa bonne entra, une pile de tissu au creux des bras. Une heure plus tard, notre princesse franchissait de son pas léger la porte de la salle de bal, vêtue d'une robe bleu nuit des plus somptueuse, ses boucles rousses relevées sur sa délicate nuque. Dans les contes la princesse fait son apparition sous le murmure admiratif de la foule qui ne peut se détacher d'elle tandis que le prince l'emporte sur la piste de danse, la couvant d'un regard empli de tendresse. Et alors ils s'envolent au rythme d'une valse, seuls au milieu du monde, chacun devenant le seul monde qui soi pour l'autre.
Nul doute que la fête battait son plein, peut-être n'avait-elle commencé que peu de temps auparavant, mais déjà l'immense salle résonnait du son des violons et des rires des convives. Si reine du bal elle était, celui-ci lui semblait en tout point commun à tous ceux qu'elle avait pu vivre jusque là. Personne ne sembla se retourner sur son entrée et aucune conversation ne s'interrompit, aucune excepté celle d'une jeune fille au rire bien plus fort que les autres et de son prince, lorsqu'un valet lui annonça discrètement son arrivé.
- Ma Dame...
De ses lèvres douces il frôla sa main, faisant remonter un frisson le long de son bras. Rien qui ne fasse battre son cœur plus fort, mais elle ne songea guère à s'attarder sur cela. Déjà l’entraînait-il au milieu de la foule. Un tintement de verre intimant le silence, et un murmure parcouru l'assistance alors que tous les regards se tournaient vers le couple. Son prince prit la parole. Nul besoin de retranscrire ces propos ici. Rien de bien plus intéressant qu'une déclaration et la raison de leur présence ici, comme si quiconque l'ignorait après avoir lu l'invitation. Les beaux mots suffisent aux belles personnes et il n'en fallu pas plus à l'assemblée pour retourner au buffet ou à sa danse dès lors que les violons retentirent à nouveau.
Notre princesse fut emportée dans cette même danse par son futur époux. Ils tournèrent et tournèrent encore alors qu'elle n'osait lever les yeux vers lui de peur d'y déceler autre chose que de la tendresse, de peur que ce regard lui soit à présent comme un souvenir de celui de ses parents. Puis vint le moment de changer de cavalier. Et la princesse tourna et tourna, encore et encore. Elle ne prêtait pas plus d'attention aux visages qui s'offraient à elle qu'aux mots qu'elles pouvait entendre. Elle n'avait que faire des commérages de ces gens, elle n'avait que faire du regard de ces hommes qui ne ressemblait en rien à celui océan de son prince. Car son prince, lui, semblait depuis longtemps ne plus faire parti des danseurs.
Lorsqu'elle se senti trop lasse de jouer ainsi les jeunes filles de bonne famille, elle s’éclipsa discrètement en direction de la terrasse, emportant avec elle un verre et quelques amuse-bouches. Qu'elle ne fut pas sa surprise d'y découvrir le ciel nocturne. Trop obnubilée qu'elle était par la beauté du soleil elle en avait oublié de songer à la splendeur de la nuit. Sous ses yeux s'étendaient mille et une perles d'argents, sublimant la robe du soir de leur douce clarté. Abandonnant son verre à demi-vide elle s'aventura dans le jardin comme happée par l'obscurité, ivre de découvrir quels autres mystères elle pourrait encore lui révéler. Elle se souciait fort peu de savoir sa longue robe traînant au sol. Elle flânait ci et là, se fondant parmi les ombres, laissant la brise caresser son visage. Les bruits de la fêtes résonnaient au loin, comme venant d'un autre monde, un monde qu'elle avait déjà trop vu et qu'elle abandonnait volontiers à celui-ci, à ces odeurs nouvelles qui s'offraient à elle, au chant des grillons en quête d'une compagne. En cette instant elle n'était plus la sage princesse, parcourant l'extérieur de la demeure sous un angle qu'elle n'aurait pu lui imaginer, elle était devenu une aventurière à la conquête d'une terre nouvelle, riche d'aventures et de rêves.
Rêves dont elle sorti bien vite au son d'un bruissement non loin d'elle. Celui-ci n'ayant aucun point commun avec celui des grillons, elle en jugea rapidement qu'elle n'était pas la seule à parcourir les lieux.
La curiosité est un vilain défaut me direz-vous. Et je ne pourrais que vous l'accorder. Alors qu'elle était assez proche pour commencer à discerner distinctement deux voix, un éclat de rire retentit. Un rire qu'elle avait immédiatement détesté en l’entendant, un rire qu'elle détestait d'autant plus à cet instant. Oh, elle n'était pas sotte. Personne ne lui avait expliqué la chose, mais elle n'ignorait pas la manière dont elle se déroulait. Et elle aurait pu reconnaître cette voix entre mille, et il n'y avait qu'un seul homme capable de murmurer ainsi à l'oreille d'une dame. Visiblement ces murmures n'étaient pas réservés qu'à la sienne. Mais étrangement, aucune larme ne monta à ses yeux et elle tourna les talons, abandonnant les deux amants aux ombres de la nuit.
Elle ne rejoint pas le bal, non. Elle n'avait nullement l'envie de se mêler à nouveau à tous ces gens. Et quand bien même cela impliquait un détour, elle tâcha d'éviter de croiser toutes silhouettes quelle qu'elle soit en regagnant sa chambre.
Là seulement, enfin à l'abri de tous ces regard, il lui sembla que la réalité rattrapa ses rêves. Ses jambes ne la supportèrent plus, elle glissa doucement au sol dans un froissement de tissu. Les larmes jaillirent sur ses joues alors qu'elle se demandait quand est-ce qu'elle avait pu en arriver là, quand est-ce que son conte de fée avait cessé d'en être un et s'il l'avait un jour été. Pouvait-elle vraiment espérer posséder une bonne fée ?
Certes elle ne pouvait être certaine de la scène à laquelle elle avait assisté, mais son imagination laissait bien peu de place au doute. Les sujets abordés lors de leur première rencontre surgir dans son esprit, ces mots auxquels elle n'avait prêté aucune importance, se souciant peu de ce que pouvait prévoir son père, préférant ne pas entendre être débattue comme une vulgaire marchandise. Naïve enfant. S'il avait un jour été question de prince, il n'avait probablement fait qu'espérer posséder un peu plus de pouvoir. Comment parler ainsi de la femme qu'on aime si tant est qu'on ne lui porte aucun sentiment ? Quand avait-elle pensé être autre chose qu'un simple bien échangeable en cas de mécontentement ? Ciel, elle qui s'était toujours réfugiée dans son monde d'aventures et de rêves n'avait jamais imaginé que sa vie ne puisse lui appartenir.
Étouffant un sanglot, la princesse se jeta sur son lit, fermant les yeux pour ne plus penser. Elle ne prêta plus ni attention aux secondes qui s'écoulaient, ni aux brides de musique pouvant encore parvenir jusqu'à elle. Elle se contenta de plonger dans un sommeil sans rêve, s'oubliant le temps d'une nuit.

Si quiconque remarqua son absence, il n'en fit pas plus de bruit que cela après avoir pu constater qu'elle avait regagné ses quartiers. L'aube se leva, n'éveillant avec elle qu'une princesse au teint plus terne qu'à l’accoutumé. Si l'idée lui vint d'abord de refuser de quitter ses draps, elle en vint bien vite à la conclusion que jamais on ne la laisserait rester cloîtrer ainsi aujourd'hui. Pourtant elle ne pu se résigner à affronter une fois encore toutes ces mondanités. Elle ne mit pas longtemps à se débarrasser des tissus qui l'encombraient, et qu'elle n'avait songé à retirer la veille, au profit d'une robe de chambre bien plus confortable. La demoiselle s'aventura dans les couloirs du manoir, un livre au creux des bras. Un étrange silence contrastant avec la fête qui avait eut lieu il y a peu régnait sur l'endroit, seulement troublé par quelques ronflements. À cette heure seules les cuisines devaient déjà s'activer. Et sans doute les quelques domestiques en charge de faire briller la salle de réception pour le petit déjeuner. Toujours étant qu'elle ne mit que peu de temps à trouver l'escalier menant au grenier et que personne ne croisa sa route.
Là, blottie entre deux malles après avoir soigneusement verrouillé la porte, elle se laissa absorber par sa lecture. Elle ne se soucia point du bruit que causa le réveil des invités, encore moins de celui des habitants du manoirs lorsqu'il s'avéra qu'elle était introuvable. Tous ces bruits appartenait à un ailleurs dont elle ne voulait pas se soucier en cette instant, y préférant de loin la chaleur de ses pages.
La fiancée avait disparu. Cela la fit sourire.
Elle ne saurait dire combien d'heures filèrent. Bien trop peu à son goût pour qu'on se rende compte qu'elle n'était nul part et que le seul endroit où on n'avait pu s'assurer de sa non-présence était fermé de l'intérieur. On frappa, on l'appela, on ne récolta en réponse que le silence tandis que le cœur de la princesse s'emballait. Si l'espoir d'avoir enfin été oubliée naquit dans son cœur après une accalmie, ce ne fut que pour s'éteindre en entendant raisonner cette fois la voix de son prince. Si tant est qu'elle pouvait encore l'appeler ainsi.
Elle n'eut d'autre choix que de se faire une raison. Jamais elle ne pourrait devenir l'héroïne d'un de ses livres, jamais elle ne pourrait ne serait-ce que décider ce qu'elle pouvait ou non porter. Alors elle se leva doucement, abandonnant son livre sur le sol. En cet instant elle se surprit elle-même à être étrangement calme, et elle tira sur le loquet.
La porte n'eut pas le temps de s'ouvrir totalement que déjà elle avait rejoint l'autre bout de la pièce, le vent s'engouffrant par la fenêtre à présent ouverte, soulevant un nuage de poussière.

Il s'arrêta, stupéfait devant le spectacle de la frêle silhouette soulignée par le couchant. Elle n'avait jamais été si belle qu'à cet instant, comme si le moindre de ses gestes la ferait s'envoler vers un lieu qui lui était à jamais inaccessible. Doucement, elle se retourna, elle lui sourit. Un sourire tendre. Sans aucun doute le plus beau sourire qu'elle put offrir à quiconque. Elle eut juste le temps de le voir prononcer son nom. Quel était-il déjà ? Peu importait, personne ne se soucierait jamais de qui elle avait pu être. Déjà un ciel rose et vermeille s'étendait sous ses yeux tandis que son corps basculait dans le vide. Tout se passa comme au ralenti, et alors qu'elle pensait que sa chute ne cesserait jamais, des ailes surgir dans son dos l'emportant vers ce soleil qu'elle adorait tant, libre.
Sur le sol une tâche écarlate se mêlait aux ombres du soir, avec pour seuls adieux un sourire et un regard tournés vers les étoiles.
Et la princesse vécu heureuse pour toujours.

La lumière sur la toile s'estompe peu à peu, ne laissant plus que l'obscurité de la salle, le velours rouge sous vos doigts, et l'image d'un ange aux yeux d'émeraudes dansant encore quelques instant sous vos yeux.
Il ne vous reste plus à présent qu'à quitter la salle, les toilettes se trouvant juste à votre gauche en sortant. Rejoindre vos douillets chez vous, ou peut-être passer à une autre histoire. Qu'importe, il ne vous restera de cette séance que le souvenir d'une princesse sans nom, une sirène s'étant préférée à son prince.
Noir.



En fait les indices résident plus dans le fait qu'à chaque fois qu'elle s'enflamme pour quelque chose, il y a un détail qui fait retomber un peu son enthousiasme. Mais elle y prête pas vraiment intention, intentionnellement ou pas, elle ignore tous ces petits signaux qui lui disent "et ma grande calme toi, t'es pas vouée à une vie de magie et de baston comme dans les histoires" (déjà quand elle rencontre le prince elle se dit "mais attend, je l'épouse comme ça direct ? Pas de malédiction, d'amour interdit ni rien ?"). Mais je pense que ça devient un peu plus flagrant à partir du bal où elle commence vraiment à redescendre de son nuage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collégienne Classe 3-B
Messages : 276
Points de réputation : 59 / 100


Passeport
Métier/Activité: Chant -dans sa chambre-
Habitation: Chambre 1-1
Clubs: Natation/ Astronomie
avatar
Caelyss Wanderlust

MessageSujet: Re: Il était une fois   Mar 20 Juin - 22:21

Wii ça m'intéresserait!*^*

Le pire c'est que j'ai pensé à la même chose que toi!xD -y'en a pas une pour rattraper l'autre ahah-

Alors pour cette fin je t'avoue que je m'attendais à "cette chute" dans le sens où la miss anonyme (eheh) sortirai de sa rêverie et de son monde "idéal" du contre!x)
J'ai put relever quelques petites fautes (je sais plus où je pense qu'il y avait "cet instant") mais bon c'est pas tellement dérangeant au vu de cette histoire super bien écrite!x)

Niveau écriture comme je te l'ai dit chaque extrait est mieux que le précédent donc je n'ai rien à redire sur ça!x)

En revanche je dois t'avouer que sans le savoir j'ai prédis la chute de l'histoire!xD
Dans le passage "Étouffant un sanglot, la princesse se jeta sur son lit," j'ai vraiment cru qu'à ce moment avant de lire le mot "lit" qu'elle allait sauter dans le vide en fait!x)
Ensuite cette phrase m'a tué!xD "Quel était-il déjà ? Peu importait, personne ne se soucierait jamais de qui elle avait pu être." SI MOI JE M'EN SOUCIS JE VEUX SAVOIR QUEL EST SON NOM!!!D8
Après le coup du prince qui n'a pas l'image d'un "vrai prince" je m'en doutais un peu aussi: ces absences étaient suspects!ewe

Bon alors sinon les indices il est vrai que la princesse est assez lunaire et passe d'une émotion à un autre mais je ne pensais pas que ça serait aussi radical!xDD

Sinon de A à Z j'étais prise en l'histoire, j'ai vraiment adoré et j'attendais tout le temps la suite!xD J'ai vraiment hâte que tu nous partages d'autres histoires aussi sympa que celle là et peut être même une suite de celle-ci? (avec le point de vue du prince?)

_________________


Cap:
 
Lys te taquine en #cc0066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lycéenne Classe 6-A
Messages : 338
Points de réputation : 11 / 200


Passeport
Métier/Activité:
Habitation: Chambre 2-1
Clubs:
avatar
Siya McCandy

MessageSujet: Re: Il était une fois   Mer 21 Juin - 1:37

xD Mais ça peut être stylé de s'appeler comme ça : - bonjour, comment vous appelez-vous ? - Je suis Anonyme. - ... Heu ouais, okay, mais dans l'immédiat j'ai besoin de votre nom pour retrouver votre dossier. -
ouijesorstrèsloin

Sinon ça me dérange pas que la fin soit prévisible :3 au contraire, j'avais pas envie que son geste choc et puisse être totalement irrationnel. Je voulais vraiment pas du d'un coup elle se dit "oh ? et si je me suicidais, ça pourrait être cool non ?" sans que personne le voit venir :') tant qu'on la voit s'envoler à la fin, et qu'on a pas trop l'image de son corps sur le sol, je pense avoir réussi ma scène final
MAIS PERSONNE NE LE CONNAITRA JAMAIS, PAS MEME MOI, MOUAHAHAHAHAH/PAF/

Cependant elle est quand même terriblement tragique, parce que une princesse un jour ça devient reine, et là elle aurait eu une emprise au moins sur sa demeure. Mais ça lui aurait pas suffit, elle rêvait de plus, elle voulait plus. Un peu comme la Antigone de Anouilh, la mort était préférable à n'avoir qu'un morceau de la vie qu'elle désirait (j'aime beaucoup cette pièce de théâtre ene). Et puis c'était le seul choix qu'elle ait fait librement depuis toute son existence aussi, elle n'a jamais été plus libre qu'en mourant, d'où ses ailes :3

Sinon, en fait j'écris très peu xD c'est le seul projet que j'ai jamais fini, et il y a eu trois ans qui se sont écoulés entre ses premières et ses dernières lignes :') alors pour l'instant, j'ai rien d'autres en stock que de vieux textes qui date du collège-lycée Mais écrire quelque chose du point de vue du prince me tente vraiment bien, car son absence est pas injustifié en fait. Le gars il avait quand même un mariage et un bal de fiançailles à organiser, il avait pas que ça a foutre que des ballade à poney *krev* mais elle elle était pas trop au courant de ça, car elle a pas idée de l'investissement qu'il faut pour tout gérer.

Mais je suis vraiment contente de lire ce que tu en penses, vraiment, merci ;w; <-- smiley de l'émotion

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collégien Classe 3-B
Messages : 1158
Points de réputation : 92 / 400


Passeport
Métier/Activité: Trésorier au conseil des étudiants
Habitation: Chambre 1-2
Clubs: Président du club d'astronomie
avatar
Shun Lazuli

MessageSujet: Re: Il était une fois   Hier à 12:41

Bonjour Siya ♥

Je viens de tomber sur ta galerie, et je dois dire que je viens de terminer de lire ce petit conte que tu nous as proposé. Tu nous as demandé de le critiquer, et c'est donc ce que je vais faire :) Je préviens de suite, je ne suis pas un expert, j'ai déjà écrit pas mal de choses, sans vraiment les apprécier, et j'ai déjà essayé de participer à des concours...sans résultats (hors classement à cause d'une mauvaise mise en forme et de quelques fautes qui m'avaient échappées, tristesse). Par contre, j’adore commenter ce que je lis, et mon point de vue sera purement subjectif évidemment. Si je dis que des choses ne me plaisent pas, vu que je ne suis pas un professionnel, et que mon expérience est limitée à mes écrits et mes lectures, bah faudra pas m'en vouloir, parce que je suis du genre à être un perfectionniste, du coup je passe vingt ans sur un détail... Woilà faudra pas me frapper, et je suis complètement ouvert à la discussion hein, y'a que les imbéciles qui changent pas d'avis //SBAFF//

Du coup je vais commenter d'abord de façon générale, avant de le faire parties par parties :3 Je mets sous spoiler pour pas prendre toute la page xD

Spoiler:
 

Et c'est bon, j'ai enfin terminé, je dois avouer que j'ai les doigts cassés à force de taper, mais il n'y a rien de mieux que d'échanger avec des gens qui écrivent. Je sais à quel point, quand on écrit, avoir des retours quels qu’ils soient est une chose importante, donc je me suis empressé de publier cet énorme pavé, puis tu ne lis pas tout et ne me réponds pas je t'en voudrais pas, c'est un sacré pavé quand même xD Après, ne m'en veut pas pour ma façon de parler, je me suis peut-être montré un peu cassant / méchant ? Si c'est le cas, ce n'était pas mon but, en fait j'ai écris sans réfléchir en laissant parler ce que mes émotions me disaient, et si je me relis, j'efface tout pour recommencer xD Pas taper, et cœur sur toi, bon courage en tout cas si tu continues d'écrire ce conte ou un autre

PS : J'écoutais cette chanson en même temps, sans faire exprès, et je trouve qu'elle va bien avec le moment du voyage, ne me demande pourquoi, du coup je la partage aussi O:) en vrai cette chanson va bien avec n'importe quelle chose en rapport avec le voyage, elle me fait penser à cette émotion qui nous traverse lorsque l'on regarde par la vitre de notre moyen de transport, découvrant le paysage défiler à toute allure ♥ La voici, tu n'es pas obligée de l'écouter hein, je la mets juste pour ceux qui aurait la curiosité de regarder ( https://www.youtube.com/watch?v=g4V36AfI4Ng )

Maintenant je vous laisse en paix les amis,
Bon courage à ceux qui liront et merci aux courageux ♥

_________________
Merci Dan ♥:
 
Merci Miko pour les bannières et Momo et Hayate pour les vavas ♪ J'vous aime fort ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Il était une fois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il était une fois... Carrefour!
» Il était une fois Sophie la girafe
» Il était une fois la légion [DVDRiP]Guerre
» Il était une fois, une jeune fille nommée Katharina....
» Il était une fois... La petite souris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu :: • Galerie des arts •-