Partagez | .
 

 adieu, mes bouteilles... je vous aimais. { ft Keigo d'amour. ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Citoyen Pianiste
Messages : 67
Points de réputation : 50 / 50


Passeport
Métier/Activité: pianiste (+professeur particulier)
Habitation: Quartier Shizukesa.
Clubs:
avatar
Jesper S. Löfgren

MessageSujet: adieu, mes bouteilles... je vous aimais. { ft Keigo d'amour. ♥   Lun 1 Aoû - 18:07


goodbye little shit, hope to never see you again. { fr keigo.

T’en avais marre. Oh mon dieu, oui, que tu en avais marre. Ces bouteilles vides de Calpis qui restaient là, avec la marque déposée d’Hello Kitty… So girly. Seigneur dieu. Tu savais qu’il allait t’en vouloir, sûrement, mais tu n’en étais plus à ce niveau là. Parce que tu sentais que si tu continuais à voir ces foutues bouteilles à chaque fois que tu ouvrais le frigidaire, tu allais définitivement finir par pêter un câble. Alors, ouais, tu l’as fait. Tu as fait le geste interdit que tu savais aller te coûter cher, mais tu en avais tellement, tellement, tellement marre. Alors, ouais, tu les as jetés. Tu les as mis dans un sac plastique que tu as ensuite installé dans la poubelle de la cuisine, avec les autres bouteilles que vous devez jetés. Aaaaah, bon débarras, vraiment.

Tu te frottes les mains, un sourire psychopathe aux lèvres, si fier de toi. Amen, et adieu les bouteilles ! Le frigo fait tellement plus vide désormais, il y a tellement plus de place pour mettre des nouvelles bouteilles, ou autre chose. Oui, du vide, oh oui. Ça t’avait manqué de voir de la place, de se dire qu’il n’y a plus d’espace gâché, désormais. Merci Keigo, adieu bouteilles de Keigo. Sans rancune, surtout.

Bon, maintenant que tu avais rangé la cuisine – le frigidaire surtout- tu pouvais désormais te détendre, avec ton esprit en paix avec lui-même. Oh, oui, que ça faisait du bien de savoir que tout était bien ranger désormais, que ton esprit ne s’occupait plus de savoir si ces choses futiles qui t’encombraient étaient finis ou non. Maintenant, tu pouvais aller te détendre, allais voir ta série qui allait bientôt commencer, et juste mourir devant la télévision en attendant le retour fracassant –comme à son habitude- de Keigo. Oui, très bon programme, tu devais bien te l’avouer. Alors ni une ni deux, un paquet de chips en mains avec une bouteille de champomy, parce que, zut, il fallait bien fêter cet espace vide nouvellement obtenue. Et maintenant, tu es là, les pieds écartés sur la table basse, devant la télé alors que le générique de début fait son entrée. Aaah, quelle belle après-midi tu vas avoir là, mon très cher Jesper.

©雲
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen serveur à mi-temps
Messages : 10
Points de réputation : 5 / 50


Passeport
Métier/Activité: Etudiant
Habitation: Appartement
Clubs:
avatar
Keigo Yosuke

MessageSujet: Re: adieu, mes bouteilles... je vous aimais. { ft Keigo d'amour. ♥   Mar 2 Aoû - 21:29







«  Adieu, mes bouteilles... Je vous aimais. »
Ft Jesper ♥

Oh yeah. C’était une bonne journée pour Keigo. Les cours, finis. Le travail, pas aujourd'hui. Les devoirs à faire, expédiés depuis belle lurette. Il avait passé le reste de la journée dehors entre potes à jouer au basket, comme à son habitude. D’ailleurs, lui et ses équipiers avaient exterminé l’autre groupe. Sur les 200 points marqués, 127 venaient de sa personne. Trop de facilité aussi, pas grand monde lui tenait tête dans son cercle d’amis à son grand désespoir. Bref dans tous cas, il était temps de rentrer savourer une bonne douche après toute cette dépense d’énergie.

C’est d’une forme olympique que le loup rentra au bercail, du silence qui le qualifiait quand il pénétrait enfin chez eux. Un rapide “Yo !” tonitruant pour signaler son arrivée (comme si c’était encore utile.) et en un rien de temps, il était sous le jet d’eau en chantonnant cet air qui lui trottait en tête depuis un certain moment.
Un quart d’heure plus tard, c'est encore plus en forme qu'il ne l'était plus tôt et une serviette sur les épaules que Keigo se dirigea d’un pas guilleret en direction de la cuisine, afin de déguster avec mérite sa boisson préférée. D’un geste fluide qui trahissait son habitude, il ouvrit la porte du frigo, se saisit d’une bouteille et pris deux longues gorgées avant de lâcher un soupir appréciateur. Et pas de verre, il n’en avait pas besoin vu qu’il était le seul qui buvait de ce breuvage dans cet appart. Quel avantage.

Ce n’est seulement que lorsqu’il s’était mis en tête de rejoindre Jesper devant la télé pour lui raconter sa blague sur deux ballons et leur conversation bien gonflée que quelque chose le stoppa net. Ni une ni deux, il rouvrit brutalement le frigidaire afin de constater l’absence de ses bouteilles. Ses bouteilles, comme… À LUI. Plus là, et ce n’était pas la peine de les chercher face au vide intergalactique devant lui. Ses bouteilles chéries où il avait dû faire cinq fichus konbinis pour tous les avoir. Les siennes ! Bon, oui, il y en avait certaines qui étaient vides, mais tout de même. Il ne les avait pas laissés là sans aucune raison ! C’était des séries limitées bon sang ! Sa collection venait de se faire saboter par quelqu’un… Quelqu’un qui avait eu accès à cette cuisine il y a peu…. Quelqu’un qu’il… Espérait ne pas être l’auteur du crime. Keigo ne pouvait pas lancer un regard noir dans le vide aussi longtemps devant cet affront que l'on venait de lui faire. Mais d’abord, il devait arrêter d’avoir les poils hérissés de colère. Plus il perdait du temps à se mettre en colère et moins il avait de chance de retrouver ses bouteilles.

Le coupable était là, affalé sur le canapé en grignotant tranquillement devant sa série, comme si rien de scandaleux ne s’était produit. Et lui-même espionnait cette personne à l'entrée du salon.

“Oh tu veux jouer ?” Oui, il se parlait tout seul en plus, mais il faut le comprendre que le choc était encore présent en lui.

C’est de tout son long qu’il s’étala soudainement sur les jambes de son ami, minant le relâchement total, bien que sa pitié n’atteignit pas les malheureuses chips qui auraient pu rester dans le sachet ni les bras du traître qu’il avait volontairement coincé derrière son dos. Il se permit même de plonger son regard dans celui de Jesper.

« Alors, ta journée a été bonne ? Je te trouve très en forme là. » Oh bien sûr Kei écouta la réponse mais en vrai, il s’en fichait un peu, c'était juste une entrée en matière pour amener le sujet qui l'intéressait le plus au point. « D’ailleurs, je voulais te raconter une bonne blague pour toi, mais j'ai trouvé une devinette à l'instant : Qu'est-ce qui est blanc et qui est dans un coin ? ...Un vilain frigo qui a été puni ! »

Il se tut quelque instants pour que son ami saisisse toute l'étendue de la blague mais aussi pour voir un minimum de regret sur son visage avec l'allusion à ce qu'il avait vu sur la scène de crime.

« Du coup je me demandais... Où elles étaient ? Si tu vois de quoi je parle. »

© Loup

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen Pianiste
Messages : 67
Points de réputation : 50 / 50


Passeport
Métier/Activité: pianiste (+professeur particulier)
Habitation: Quartier Shizukesa.
Clubs:
avatar
Jesper S. Löfgren

MessageSujet: Re: adieu, mes bouteilles... je vous aimais. { ft Keigo d'amour. ♥   Ven 26 Aoû - 21:15


goodbye little shit, hope to never see you again. and i swear to god that i'm innocent, i would never do such a thing to my best friend. if only you could forgive me for such an irony.

Que tu es bien, là, sur le canapé, à enlever le stresse de sa journée, à savourer les instants présent devant une émission idiote mais que tu regardes quand même parce que ça ne te fait penser à rien. A part peut être mon dieu mais pourquoi je regarde cette merde déjà ?, oui, merci Jesper. En tout cas, tu es comme un bienheureux. Tu as fait le grand ménage, tout est près, tu t’es même débarrasser des choses inutiles dans le frigo. Et ça, ça. C’est un miracle en soi. Parce que vraiment, il n’y a rien de pire que des choses qui restent là, toutes seules, sans personne pour s’en occuper, et qui sont tels des cadavres abandonnés – ou en l’occurrence des petites amies abandonnées au vu de la manière dont Keigo s’en occupe. Alors ouais, okay, ce n’était pas cool de ta part de les avoir jeté, mais il doit aussi comprendre que vous êtes deux à vivre ici, qu’il n’est pas seul à se servir du frigo, et que de temps en temps il doit ranger. Bah ouais, mec, t’as pas cru que parce que t’étais le meilleur pote d’un muet qu’il allait se laisser faire quand même ? Parce que, nein nein, Jesper ne se laissera pas faire.

Et tu comptes bien lui faire entendre raison même par des ruses pas très jojo. Comme maintenant, quoi. En tout cas tu l’entends rentrer, et tu lui fais simplement un signe de main pour lui souhaiter un bon retour – pas que tu ne peux pas écrire mais t’as juste la flemme de ta vie actuellement. Mais un sourire trahissait la petite fierté de ton action ; oh, oui, que tu attendais le moment qu’il ouvre le frigidaire, et comme tu espérais qu’il ne verrait rien. Tu l’entends ouvrir une fois. Refermer. Moment de silence. Okay, c’est bon tu peux respi- Ouverture violente. Merde. Bon, bon bon. Ouais, t’es un peu dans la merde, tu dois bien l’avouer. Mais tu n’en montres rien, tu te mords juste la lèvre pour ne pas rigoler ou te lever et le montrer du doigt comme pour lui dire « bien fait pour toi idioooot ! ». Ce qui est déjà beaucoup, parce que, mon dieu, comme tu en rêves là maintenant tout de suite de le faire. Mais tu te retiendras. Sinon tout est fichu.

Alors, ouais, tu te retiens, mais tu laisses tout de même échappé un petit ‘oumph’ lorsqu’il s’abat sur toi tel l’aigle, lorsqu’il vient poser son corps de ton son long sur tes jambes qui souffrirent soudainement le martyr. Putain, mais il veut te couper la circulation ou te détruire les os ou quoi ?! En tout cas, le paquet de chips fut légèrement écrasé par ta main au vu de la souffrance que tu ressentis, et les pauvres miettes de chips étaient désormais dédoublées. Et merde. Mais tu ne te laisses pas déstabiliser, tu le laisses faire, tu l’écoutes sans vraiment lui répondre étant donné que tu sais que, de toute façon, il s’en fiche un peu de ta réponse concernant ta journée – ce qu’il veut, ce sont les bouteilles de l’enfer dont tu veux absolument te débarrasser. Mais tu ne fais mine de rien, de ne pas comprendre la blague ; bah, quoi, un frigo qui a été puni ? Comment ça ? Non, vraiment, tu ne comprends, quel est le double sens qu’il veut te faire comprendre ? Tu feins l’ingorance, le regarde en lui montrant que, oh, quel hasard, mais tu ne comprends pas où il veut en venir. Tu hausses des épaules, piochant nonchalamment une chips dans le paquet alors que tu l’avales sans aucun souci de conscience – en quoi pourrais-tu être coupable ? Après tout, tu n’as fait que mettre de l’ordre dans votre cuisine. Et il t’en veut pour ça ? Quel idiot !

Enfin, tu continues de regarder ta série, tu continues de prendre des chips et de les manger comme si la pire des atrocités ne venait pas de se produire – en tout cas pour toi. Pour Keigo, tu sais qu’il s’agit d’une situation d’urgence, qu’il vient de sonner l’alarme dans sa petite tête et qu’il ne te laissera pas t’en sortir comme ça. Et pourtant, Keigo, et pourtant. Tu ne comptes pas lâcher prise non-plus, pas tant qu’il te promettra d’arrêter de foutre ses bouteilles vides dans le frigo. Qu’il les mette dans sa chambre bon sang de bois ! Comme ça il les gardera, et en plus il ne prendra pas de place inutile dans un espace qui n’est pas habilité à garder des bouteilles vides. Inutile. et pourtant tu sens son regard insistant sur toi, tu sens qu’il attend une vraie réponse, pas une de celle que tu peux tout simplement oublier d’un revers de main ; alors tu prends ton carnet, posant tes chips, et tu écris en soupirant ; « Je ne vois pas du tout de quoi tu parles. Désolé dude. » Et tu lui souris le plus innocemment du monde en lui montrant ce que tu viens d’écrire, des miettes de chips autour de tes lèvres, et le regard définitivement pas innocent.

©雲
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen serveur à mi-temps
Messages : 10
Points de réputation : 5 / 50


Passeport
Métier/Activité: Etudiant
Habitation: Appartement
Clubs:
avatar
Keigo Yosuke

MessageSujet: Re: adieu, mes bouteilles... je vous aimais. { ft Keigo d'amour. ♥   Mer 11 Jan - 17:51







«  Adieu, mes bouteilles... Je vous aimais. »
Ft Jesper ♥

C’était un miracle qu’il ne s’était pas énervé en face de la disparition de ses objets de collection, ni même devant le regard à l’opposé de l’innocence de Jesper. Un miracle vous dis-je ! Et ce n'était pas les miettes de chips qui allaient changer ce qu'il pensait. Il. Abusait. Clairement. Feindre autant l’ignorance, c’était bas. Si Jesper n'était pas ton ami, il l'aurait tellement maudit mentalement que le Diable en personne en serait outré. Une chance que ce n'était pas le cas parce qu'il était d'un calme olympien. Ouais, le bain avait fait des prodiges sur son tempérament à présent décontracté. Cela ne l’empêcha pas de lui lancer un long et irritant regard scrutateur comme il savait si bien le faire.

« Oh, je vois, tu ne sais pas de quoi je veux parler. Bien sûr. Des choses disparaissent, en l'occurrence, mes bouteilles et la seule personne qui était présente et qui avait l’occasion de les déplacer n’est au courant de rien. Hum, hum. » Okay, pas de soucis. Il pouvait jouer au même jeu que le pianiste. Il soupira, fronçant les sourcils pour manifester son mécontentement. « Quel dommage, je vais devoir en racheter le double pour combler ma collection qui a été injustement sabotée par un esprit vengeur vu que je ne me rappelle plus desquelles j'avais obtenu… » Ahahah, plan machiavélique en tête, il se redressa, feignant l’ennui de devoir recourir à cette solution avec ses oreilles basses avant de passer rapidement dans sa chambre pour récupérer son portefeuille.
Oh que oui, il en avait bien l’intention de mettre son plan à exécution. Tout de suite même. C’est une chose qu’il ne fallait jamais douter avec lui.

On ne malmène pas la collection d’une personne sans s’attirer son courroux. C’était comme si lui touchait le piano qui prenait de la place dans le salon. Même pour le nettoyer, il n’osait pas le toucher, et pour cause ! Il n’oublierait jamais la fois où, trop sûr de lui, il avait eu l’audace de vouloir enlever le peu de poussière qui se s'était installée sur cet énorme caisson de bois et de métal (Oui, il t'arrivait de faire le ménage, merci bien !).
Tout aurait pu être parfait si son coude ne s’était pas malencontreusement cogné sur le porte-partition qui maintenait les feuilles en place. Bien entendu, la gravité n’avait pas été en sa faveur et ce fut un calvaire de les remettre dans l’ordre. Ordre qu’il n’avait jamais trouvé, résultant à des partitions mises pêle-mêle dans la chemise qui en contenait d'autre et priant les dieux pour que le pianiste ne se pose pas trop de questions.

Erm...
Petit oubli.

À bien y réfléchir, il se pourrait qu'il n'aille pas acheter le double de ce qu'il avait perdu aujourd'hui. Genre, il était guère disposé à recevoir  une réflexion sur son acte involontaire. Surtout qu'il semblerait que ce léger accident n'avait pas encore été découvert. Peut-être que c'était des partitions qu'il ne jouait pas souvent ce qui avait favorisé ce silence.

© Loup

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

adieu, mes bouteilles... je vous aimais. { ft Keigo d'amour. ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un petit adieu .... et beaucoup de gens qui vont me manquer
» [Commande Avatar] Je vous paierai avec plein d'amour.
» Quel(s) est (sont) le(s) film(s) qui vous ont fait le plus pleurer ?
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Capitale Hikari :: • Quartier Shizukesa • :: Appartement de Jesper-